...

Caractéristiques du Malinois

Avatar du membre
Ced
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 1015
Enregistré le : mar. 1 déc. 2015 07:26
Localisation : Marseille

Caractéristiques du Malinois

Messagepar Ced » mar. 1 déc. 2015 09:39

Image

Le Berger Belge Malinois est un chien d'une intelligence exceptionnelle. Il a d'instinct assez de nez pour aller découvrir sous un panier le mouchoir de poche que son maître lui aurait donné à flairer et caché à son insu.

Un peu d'histoire : en 1897 et en quelques mots, Louis Huyghebaert, figure importante de l'histoire du Berger Belge, dépeint les qualités du Malinois. Le monde cynophile de l'époque avait déjà reconnu sa ruse et son flair hors du commun. Aujourd'hui, sa présence de loup et sa truffe aiguisée occupent une place de choix dans les équipes cynotechniques. Chien d'avalanche, de police, de gendarmerie ou de décombres, renifleur de drogue ou d'explosifs, gardien de moutons et de la propriété, le Malinois a gagné ses galons de chien héroïque et indispensable.

C'est à l'origine un chien présentant les attitudes communes aux chiens de berger, à savoir un dynamisme, une grande capacité d'attention, l'éveil et un attachement très prononcé au maître et à la cellule familiale.
Devenu essentiellement un chien de défense, il n'a pas évolué comme tant d'autres bergers vers le grand, le gros ou l'imposant type physique qui donne l'illusion de valeur et de la solidité du sujet.

Le malinois est resté un chien moyen en taille et en poids, mais en lui ont été sélectionnées des facultés hors du commun dans les domaines physiques, physiologiques et psychiques. C'est le plus sportif et le plus réactif des Bergers Belges, la variété à poils courts ayant été particulièrement sélectionnée sur ses aptitudes au mordant sportif.

Image

S'il n'a l'air de rien, il est capable de tout, le malinois est le maître incontesté de toutes les disciplines sportives et utilitaires. Il ne sera jamais un chien à la mode mais il sera toujours le fidèle compagnon de l'amateur sportif, de l'amateur de dressage, du militaire, du policier ou du pompier, toujours prêt à défendre ou à sauver des vies humaines.

Sa réputation de chien de sport et de chien de police incorruptible ne doit pas faire oublier que le malinois est surtout un vrai compagnon de l'homme. Il vit pour son maître. De simples clins d'oeil, la plus petite sollicitation vocale, le moindre geste du maître sont immédiatement interprétés comme des occasions de communication d'une grande intensité.

Très attentif et très vigilant, son sens de la propriété et son courage sont très prononcés, cela en fait un excellent chien de garde. S'il doit être réactif face aux intrus, il ne doit pas pour autant se montrer agressif avec les visiteurs. Il doit être sociable et équilibré. Avec les enfants, c'est un compagnon patient et affectueux, ne se lassant jamais de jouer.
Chien à fort tempérament, le Malinois demande un maître qui saura l'éduquer fermement tout en respectant sa sensibilité, il va de soit qu'il lui faut un propriétaire énergique.

Actif, vif, le Malinois est un chien qui a envie et besoin de s'occuper. Véritable chien de travail il ne peut se satisfaire d'une vie de patachon. Il vit à 100 à l'heure et il faut suivre!

Image

Le Malinois est le chien de travail par excellence. Polyvalent, il peut tout faire, volontaire, il veut tout faire.
Son standard précise qu'à "l'aptitude innée de gardien de troupeaux, il joint les préciseuses qualités du meilleur chien de garde pour la propriété. Il est, sans nulle hésitation, l'opiniâtre et ardent défenseur de son maître. Il réunit toutes les qualités requises pour être un chien de berger, de garde, de défense et de service." . Le Malinois est incontestablement le roi du ring, il grimpe sur les podiums de toutes les disciplines au mordant.
Avec son très bon flair, il a d'excellents résultats en épreuve de pistage mais aussi de recherche humanitaire. Au sein de l'armée, on le choisit souvent pour la recherche de disparus ou pour trouver d'éventuels explosifs ou drogues.
Complice et énergique, il peut donner beaucoup en agility, il a de quoi rivaliser avec tous les chiens de son gabarit. En obérythmée, il est suffisamment agile et malin pour faire toutes les chorégraphies qui vous passeront par la tête. Enfin, en flyball comme en frisbee, il montre son potentiel d'athlète en son envie de jouer et de cavaler.

Le Malinois apprend très vite et a envie de bien faire. Très réactif aux ordres, il est le partenaire parfait pour celui qui rêve de s'investir en Obéissance. Attention toutefois à ne pas s'imaginer que le Malinois apprend presque seul, trop de nouveaux propriétaires se montrent très exigeants avec le chien, peu patients. Certains ne parviennent pas à canaliser son énergie. Le Malinois peut faire de grandes choses mais pas sans l'aide de son maître!

La brutalité et les cris peuvent faire de gros dégâts sur son caractère et le rendre agressif ou peureux, tout doit passer par le respect et la confiance mutuel. Il est important de soigner sa socialisation en l'emmenant régulièrement en ville et en école des chiots. Il doit pouvoir rencontrer toutes sortes de gens et faire face à diverses situations. Son éducation doit être entreprise dès son arrivée au foyer. Les ordres de base sont généralement rapidement acquis car il s'agit d'un chien intelligent et qui a envie de bien faire.
S'il n'apprend pas, c'est que vous lui avez mal expliqué.
Concentré et mémorisant vite les différents ordres, il peut en revanche vite se lasser d'un exercice trop répété. A vous de rendre intéressantes les séances d'éducation et de ne pas blaser votre chien avec 20 enchaînements de positions à la suite.
Même si sa précision et sa rapidité d’exécution impressionne en concours, il faut prendre conscience que tout ceci nécessite des heures de travail et une grande constance.

Nul doute qu'avec la motivation et les bonnes méthodes vous obtiendrez d'excellents résultats avec votre Malinois, que vous vouliez en faire un chien de ring, d'agility, de pistage ou un chien de compagnie qui vous accompagnera dans vos entraînements de jogging ou de roller.

Image

Bref historique du chien Malinois
- 1880: La Belgique comptait de nombreux chiens de bergers avec des morphologies et des robes variées. On les nomme "chiens berger du pays".
- 29 septembre 1891: Création du "Club du chien de Berger Belge". C'est aussi cette année que le Professeur Adolphe Reul organise un grand rassemblement de 117 chiens. Cela lancera le début de la sélection.
- 3 avril 1892: Publication du premier standard par le club de race. Il est alors décidé de regrouper 3 variétés sous le nom de Berger Belge, le poil long, ras et dur, sans distinction de couleurs.
- 1899: Le Club de race classe les chiens en trois variétés, poil long noir, poil court fauve charbonné et poil dur gris cendré. C'est aussi l'année de l'ouverture du livre des origines.
- 1901: les premiers bergers belges sont enregistrés dans le livre des origines de la société royale Saint-Hubert (LOSH), équivalent du LOF.
- 1909: Reconnaissance du type fauve charbonné à poil court sous le nom de "Malinois".
- 1910: Le type et le tempérament du Berger Belge sont fixés et bien définis.
- 1969: Premier malinois champion de France en ring.



Effectifs
Le Malinois reste stable dans ses effectifs. Cela s'explique par le fait que son public est essentiellement composé d'utilisateurs qui restent fidèles à la race. Ce n'est pas un chien à la mode, pourtant il est au sommet du groupe 1, juste derrière l'indétrônable Berger Allemand. Un succès qui ne se dément pas comme le confirme les chiffres de la Société Centrale Canine, en 2011, elle enregistrait 6416 demandes d'inscriptions au LOF contre 4883 en 2008.
Image Image Image

Avatar du membre
michel34
Educateur
Educateur
Messages : 2272
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 12:07
Localisation : Herault, près de Montpellier

Re: Caractéristiques du Malinois

Messagepar michel34 » mar. 3 janv. 2017 07:41

Article de J-Mi VEDRENNE:
LE MALINOIS : LE FEU SUR LES BRAISES !
Chapitre 4. LA STABILITE PAR LA PRISE.

A l’heure où une foule d'adeptes parlent « du bâton » et croyez-moi : les débats sur le sujet vont bon train (j’en ai eu encore un récemment avec des pratiquants… sic !). Imaginez, que certains Cynophiles ne savent même pas « pourquoi un chien ne doit pas être touché en Mondio ? » ou plus grave, sans même avoir étudié l’approche historique de sa venue et de son fonctionnement par étape. Nous (les Amateurs Cynophiles éclairés) devons faire preuve de réaction et ne pas laisser des gens faire, dire et répéter n’importe quoi sous prétexte d’un pseudo politiquement correcte qui gangrène chaque année un peu plus notre réserve de mémoire. Si des Ringueurs (ou autre Cynophile) ont un problème avec le bâton, c’est très simple « pratiquez une autre discipline ». Parce que pour nous Français, adoucir l’entrée de face, édulcorer le retour d’esquive et ne pas comprendre la nécessité de l’emploie du bâton (le bambou fendu j’entends) sur le chien amènera forcément dans un proche futur à « Retirer » le bâton d’une épreuve de sélection et celle-ci ne rimera plus à rien, autant jouer au Rugby sans se toucher !

J’en veux pour preuve que cet ustensile s’avère non seulement vital en Ring Français (soyons clair, sans bâton le French-Ring est mort, puisque son symbole est détruit), mais il est reconnu et pratiqué par toutes les disciplines Mondiales ancrées dans la sélection canine du chien de travail, - A) il sert d’élément déclencheur.
B) Il sert d’élément Test et cela, jusqu’à notre TAN où le testeur a un bâton en main. Bref : sans concours dit de caractère axé sur des épreuves de courage, il est impossible de sélectionner notre race. Je vais même aller plus loin, si nous devions supprimer le bâton ou pire dénaturer le Ring par un lissage en profondeur, plus personne aurait la maîtrise des choses, donc
- les Armées, la Police, les Pompiers, etc. N’auront plus de vrais chiens et petit à petit, leur spécialisation s’éteindra.

Chers amis, depuis que je suis tout jeune, j’ai entendu tellement d’énormités sur notre Ring, que je n’en suis plus à une près. Il y’a peu, l’on me demandait mon avis sur le fait que notre Ring pouvant véhiculer une image compliquée pour quelqu’un qui découvre la discipline, sous prétexte que le chien mord partout et que celui-ci se voit confronté à un Homme testant son courage, sa volonté et sa vaillance à l’aide d’un bâton ? Voyons cela :
- Dans un premier temps, le chien ne mord pas partout, il serait quand même sage de le préciser. Puisque celui-ci n’attrape qu’exclusivement un costume, donc obligatoirement des parties protégées, de ce fait, nous sommes bien d’accord « il ne mord pas partout ». Cette différence a son lot d’importance et il serait tant de le reconnaître.
- Mais nous sommes d’accord, le Ring Français est au même titre que les autres, une discipline virile, auquel cas, une blessure sur une partie non protégée (possible dans un sport de contact) relèverait d’un accident qui, je le rappelle est souvent corrigé par le chien. Voici, un exemple parmi tant d’autre : nous sommes à la finale de Damparis en Mondioring et le Malinois Lary de Vulcain sur l’attaque avec artifice (2 boules de moquette composé de lambeaux) plonge en attrapant une main dissimulée, celui-ci la relâche aussitôt et reprend la toile. Si ce type d’action n’est pas la valeur éclatante d’une stabilité caractérielle, qu’est-ce que c’est ?

Pourtant, cette attitude n’a rien d’extraordinaire car chez nous « en Cynophilie de Travail » ce cas demeure un franc classique. Oui nos chiens sont équilibrés et encore « oui » par notre culture, notre travail et notre sélection, nous avons de formidables athlètes capables de faire la part des choses. Il faudra bien un jour, que tous les détracteurs (souvent par manque de culture, mais aussi par manque d’objectivité) nous donnent la véritable raison de leur hostilité. Qui n’a pas compris qu’une étude approfondie sur la prise est le seul outil nous permettant d’analyser l’âme d’un champion, n’a rien n’à faire en cynophilie.

Pablo Picasso disait que « L'art de peindre n'est que l'art d'exprimer l'invisible par le visible », n’est ce pas la formule idéale en ce qui nous concerne ? Alors chers amis, si le Malinois était une fresque, serait-il exposé dans la chapelle Sixtine ? La réponse et oui pour de multiples raisons :
- Rustique & quoi qu’il arrive volontaire, il est capable de se fondre dans la masse en n’importe quelle circonstance. Ce qui fait de lui, le plus redoutable équipier en ce qui concerne l’utilisation pure et dure (croyez-moi, sangler à son Maître pour sauter en parachute demande des tripes).
- Son courage allié à une étonnante persévérance va faire de lui, le candidat rêvé pour un maximum d’aventures (le chien idéal d’un Maître sportif ou d’un explorateur).
- Inusable compétiteur, ses résultats ne sont plus à présenter.
Il est donc normal en 2016 d’applaudir ce phénomène sur un ensemble de possibilités et pour définir clairement sa réussite, ce n’est pas la peine d’aller chercher midi à 14 heures ? Son succès, il ne le doit qu’au mordant sportif.

Malheureusement pour la plus part des néophytes, le mordant sportif reste un domaine vaguement mystérieux. Il n’y a pourtant rien de spécial et je dirai même qu’il demeure un chemin traditionnel pour un chien dit « de travail ». En fait, je prendrais à témoin la formule Noëliène qui stipule :
- de l’apprentissage au mordant découle une prise franche, de cette prise franche découle la stabilité et par répecussion, forcément l’équilibre.

De cette apprentissage : seront triés des étalons qui ; sur des souches femelles précises vont être unies soit ; en apport, en fixation ou en complémentarité. Partant du principe que le Malinois ne supporte pas la médiocrité et que l’éducation appartient au Maître, il faudra systématiquement penser, puis ouvrir ou renforcer sa lignée. Pourquoi ?
- Parce que si la prise devient innée, dans tous bons programmes, il y a aussi des sauts ! De nombreux éleveurs vont s’inspirer de cette formule et si vous ajoutez à la fougue… un soupçon d’obéissance, vous allez calibrer un chien d’exception !

Avatar du membre
CHR
Educateur
Educateur
Messages : 2207
Enregistré le : lun. 15 févr. 2016 13:23
Localisation : Aube

Re: Caractéristiques du Malinois

Messagepar CHR » mar. 3 janv. 2017 17:56

Jean Michel Vedrenne est le créateur( puisqu'il a maintenant pris sa retraite) du prestigieux affixe "des deux sabres" un réservoir de champions toutes catégories.
Il a aussi dit : « si tu veux un malinois avec le caractère d'un labrador, achète un labrador » petite phrase à laquelle j’adhère totalement.
Ceux qui veulent des malinois uniquement comme chien de compagnie sont à des années lumières d'avoir une quelconque notion de ce que faire travailler un chien signifie et du comment et pourquoi leur malinois peut, un jour, devenir agressif.
Quand il est petit on l’emmène au "dressage" et puis après 1 ans des fois un peu plus, on l'oublie avec les meubles et il devient désagréable, alors si il a de la chance avant 24 mois il peut-être remarqué par le CNICG de Gramat.
Dans une récente interview le colonel Dalier qui dirige le centre depuis 2 ans, nous apprend qu'à 75 % les chiens qui arrivent à Gramat proviennent de particuliers qui ne savent pas les gérer. Pour lui le malinois qui est représenté à 78 % (12% de BA) est le véritable "couteau suisse" de la gendarmerie
Sinon on peut aussi proposer son chien devenu ingérable au 132 ème bataillon cynophile de Suippes qui achète aussi ses chiens.

grando jp
Messages : 11
Enregistré le : jeu. 6 juil. 2017 21:37

Re: Caractéristiques du Malinois

Messagepar grando jp » mar. 11 juil. 2017 11:18

Magnifique le malinois c'est un chien que j'ai toujours adore :) Il a beaucoup de capacité ! Est aussi un flair exceptionnel :lol: